ARSEG - Membre associé
1553049-vie-de-bureau-comment-les-francais-travaillent-au-quotidien

Bien-être au travail

Quelle vie au bureau en 2015 ?

L’Observatoire Actineo et CSA ont publié les résultats de leur baromètre 2015 * dédié à la qualité de vie au bureau. Ils passent en revue les préférences et habitudes des salariés français en termes d’aménagements, équipements ou encore leurs ressentis face aux nouvelles formes de travail.

Enquête

Premier constat : les bureaux fermés s’imposent toujours dans l’Hexagone ! 73 % des actifs français en disposent. Le bureau individuel reste le plus prisé et représente 34 %, un chiffre qui s’élève à 71 % chez les dirigeants. Côté bureaux collectifs, les salariés sont 33 % à travailler dans des bureaux de 2 à 4 personnes et 6 % en bureau de plus de 4 personnes. Si l’on entend beaucoup parler de grands espaces paysagers (open space), les résultats montrent qu’ils restent en revanche très minoritaires sur le territoire : seuls 18 % des actifs déclarent travailler dans ce type d’espace, dont 11 % dans un bureau « à taille humaine » de 4 à 9 personnes.  « Le développement des open spaces observé entre 2011 et 2013 s’est finalement retrouvé freiné entre 2013 et 2015 », constate Alain D’Iribarne, Président du Conseil scientifique d’Actineo.3

Quand on les interroge sur les critères les plus importants dans leur travail, les actifs sont 51 % à citer en premier lieu l’intérêt de ce dernier, suivi de la qualité de vie (41 %). Si cette dernière enregistre une légère baisse (45 % en 2013), elle reste un critère primordial et se caractérise principalement par les relations avec les collègues pour 71 % des salariés, l’espace de travail (38 %), l’absence de bruit (29 %) ou encore la qualité de l’aménagement des bureaux (26 %).

2

L’espace de travail, facteur d’efficacité… L’espace de travail est également largement cité comme facteur de bien-être (94 %), d’efficacité (92 %) et de motivation (88 %). Les actifs sont également 87 % à penser qu’il peut avoir un impact sur leur santé physique.Et en matière d’efficacité, l’espace de travail tel qu’il est proposé aujourd’hui semble globalement répondre aux besoins et aux situations des collaborateurs : 77 % déclarent qu’il leur permet de travailler individuellement, 71 % de se concentrer et 67 % de se réunir. En revanche, la situation se dégrade quant à la possibilité de s’isoler (52 % vs 60 % en 2011), de se restaurer (52 % vs 67 %) ou encore de se détendre (44 % vs 56 %). 

…Mais aussi source d’insatisfaction
 Plus globalement, on apprend que plus d’un actif sur trois considère que son entreprise n’accorde pas assez d’importance à l’aménagement de l’espace de travail. Parmi les sujets d’insatisfaction, on retrouve la santé au travail et les équipements informatiques et électroniques, avec notamment une préoccupation grandissante sur la présence d’ondes électromagnétiques ou encore la durée quotidienne du travail sur écran. Des résultats qui traduisent une exigence accrue des salariés vis-à-vis de leur espace de travail, notamment dans les très grandes entreprises où les taux d’insatisfaction sont les plus élevés.

infographie 3

Enfin, on note également que le sentiment de gêne dû à des nuisances est en hausse. En 2015, 57 % des actifs déclarent être souvent perturbés dans leur travail par des nuisances sonores dues à d’autres personnes (contre 34 % en 2011). 51 % sont de plus gênés par des problèmes de température ou de climatisation (contre 33 % en 2011). * Baromètre réalisé en ligne en septembre 2015 auprès de 1 204 actifs travaillant dans un bureau, issus d’un échantillon national de 2 500 personnes représentatives de la population active française.


Publication 13 novembre 2015 / BAROMÈTRE ACTINEO-CSA  / Quelle vie au bureau en 2015? / La rédac / Article

Rejoignez-nous

Catégorie

Archives

Articles similaires

Aucune information à afficher !